Actualité des marchés

Scandale chez PokerStars : fraude de 300 millions d’euros et évasion fiscale !

Publié le Mardi, 17 Mars 2015 - 06:24

L’une des plus grandes salles de poker au monde n’est pas à l’abri des scandales. En fin de semaine dernière, la marque de jeux en ligne appartenant à Amaya Gaming a été accusée de fraude à grande échelle et d’évasion fiscale, totalisant 300 millions d’euros, par les autorités financières en Italie. Selon divers rapports, Malte et l’Île de Man seraient également concernés par la fraude fiscale de PokerStars, qui s’est traduite en Italie par un important déficit dans les recettes fiscales du pays enregistrées pour la période de 2009 à 2014. Cette nouvelle a fait l’effet d’une bombe dans le domaine des jeux en ligne, et nous revenons sur les détails de l’enquête, ainsi que les premiers résultats de l’investigation.

L’origine de l’enquête

La police financière de Rome, la Guardia di Finanza del Comando Provinciale di Roma, a déclaré que le directeur général de PokerStars était poursuivi pour fraude et évasion fiscale. Les autorités ont déclaré que la somme de 300 millions d’euros de chiffre d'affaires, qui a été obtenue en Italie et aurait donc dû être imposable dans le pays, a été non déclarée par PokerStars. Des allégations ont été soulevées après une enquête sur les transactions liées à Halfords Media en Italie, qui n’est autre que la filiale nationale italienne de PokerStars.

«Les autorités italiennes considèrent que Halfords aurait volontairement dissimulé une partie de ses recettes, afin d'éviter des taux de taxe élevés sur le jeu dans le pays.»

Halfords a déclaré avoir dissimulé le revenu imposable en diminuant la valeur des services rendus à sa société mère PokerStars qui, par la même occasion, était capable de déplacer le revenu imposable des opérateurs encaissé en Italie, à Malte et à l'île de Man. Les autorités italiennes considèrent que Halfords aurait volontairement dissimulé une partie de ses recettes, afin d'éviter des taux de taxe élevés sur le jeu dans le pays.

Les premiers résultats

Les enquêteurs ont affirmé que cette opération a été conduite en utilisant des méthodes de prix de transfert pour déplacer les revenus à Malte et à l'île de Man, tout en gardant les coûts en Italie. S’exprimant hier, Eric Hollreiser, le directeur de la communication chez PokerStars, aurait dit que la société est confiante, et que le problème sera résolu très vite. Il déclara plus tard : « PokerStars a travaillé avec les autorités fiscales italiennes depuis le lancement d’un audit il ya plusieurs années de cela. Nous avons exploité nos sites en conformité avec les réglementations fiscales locales et nous avons versé la somme de 120 000 000 euros sur la période couverte par l'audit. »

La société mère de PokerStars, Amaya Gaming, a également publié une réponse aux allégations, en déclarant que la compagnie ignorait l’existence d’un différend fiscal avant son acquisition de l'opérateur de l'année dernière. Dans un communiqué, Amaya a déclaré: « Le litige fiscal concerne les opérations de PokerStars datant d'avant son acquisition par la société Amaya Gaming en Août 2014. L'accord de fusion lié à cette transaction prévoit des recours pour traiter certains impôts et autres passifs qui pourraient se produire. » Toutefois, la société poursuit actuellement ses activités en Italie sur sa plateforme : www.pokerstars.it, et reste concentrée sur la garantie des meilleures prestations de services sur la plus populaire des interfaces de poker en ligne sur le marché italien.

Vous êtes dans notre section relative à l'actualité des marchés. Prenez connaissance des dernières nouvelles qui ont marqué les scènes économique, financière et boursière en France et à l'étranger.

Le Meilleur des Brokers
    • R
    • R
    • R
    • R
    • R
    • 100€ remboursé!
      → Notre avis
    Investissez
    • R
    • R
    • R
    • R
    • R
    • 100€ remboursé!
      → Notre avis
    Investissez
    • R
    • R
    • R
    • R
    • R
    • 100€ remboursé!
      → Notre avis
    Investissez
L'Avis d'un Internaute

En un seul clic je peux accéder aux articles financiers qui m'intéressent sur les options binaires.fr. J'aime la diversité des thèmes traités.

Thomas Bill, Nouvel Investisseur
Retour en Haut

© Les Options Binaires. Tous droits réservés. Google+